• Informations sur le CD
  •  
  • Symphony No 4
  • HAITINK, Bernard - Royal Concertgebouw Orchestra - [ MAHLER, Gustav ]
  • Chez : RCO Live
  • Type : SACD
    Année : 2007
    Style : Classique
  • Moyenne : 4.864
    Votants : 5
    Ajouté par : chris.24
    le : ven. 11 dc. 2009 à 03h29
  • Vous souhaitez linker cette page ? Lien a utiliser : http://cd.homecinema-fr.com/page-infocd-355.html

    Aucun commentaire...
  • Pochette de cet album
    Zoom de l'image Zoom
  • Infos complémentaires sur : http://www.amazon.fr/Mahler-Symphony-No-Hybrid-SACD/dp/B000TKODEK/ref=...

  • Liste des notes et commentaires
  • 4.900
    ACOUSTIQUE : 4,8 Très légère mise en avant du haut medium ce qui amène une superbe ouverture et une grande sensation d'aération, on sent ici tout le volume de la salle. A noter "mahleureusement" la prise de son est entaché d'un léger souffle audible lors des passages pianissimo. Au début du dernier mouvement cela s'entend particulièrement bien.

    AÉRATION/SPATIALISATION : 5 C'est le point fort de ce CD : une bulle sonore dans l'espace ! Large, profonde, haute. Il y a beaucoup d'air. On sent parfaitement le jeu des musiciens dans l'espace, l'étagement des pupitres est parfait et donne beaucoup de vie à cette interprétation. C'est très vivant, il se passe beaucoup de choses.

    TIMBRES : 4,9 Aucune agressivité même lors de forte. un soupçon plus clair et moins de matière que le Fischer mais en contre-partie plus d'infos dans les détails.

    DYNAMIQUE : 4,9 Dynamique importante mais pas maximale (cf. l'enregistrement de la symphonie n°2 de Mahler par Fischer par exemple)

    CONCLUSION : 4,9 Un CD excellent qui passe pas loin de la note suprême à cause du souffle notamment et de cette très légère clarté dans l'acoustique. Mais ce qui est un inconvénient dans l'absolu car il apporte une très légère coloration se transforme en avantage ici car il renforce l'aération et la scène sonore qui est à mon avis parmi ce qui peut se faire de mieux. Cela rend le disque particulièrement vivant et ludique à écouter avec cette sensation de tout entendre et de palper la salle à tout moment.


    Date de la note Le ven. 11 dc. 2009 à 03h29
    chris.24
  • 4.900
    Multicanal : Oui (5.0)/ DSD / Hybride
    Enregistrement : Live / 2006
    Interprétation, qualité de la musique enregistrée : La plus abordable des symphonies de Mahler pour les non-connaisseurs. Magnifique enregistrement et interprétation d'Haitink. Je reprends les notations de la 5ème, c'est quasi de la même qualité. J'avais mis 4.85 pour Fischer (dont je préfère légèrement l'interprétation).

    Acoustique 8/8 : Acoustique parfaite d'Amsterdam.
    Distance 8/8 : Vers le 15ème rang, idéal.
    Spatialisation 8/8 : L'orchestre déployé devant nous. Tous les pupitres sont parfaitement situés. De l'aération et de la profondeur.
    Tonalité 5,5/6 : Presque parfaite, pourrait être encore un peu plus claire.
    Balance 6/6 : L'absence de caisson ne se fait pas sentir. Balance et fader équilibrés.
    Dynamique 5,5/6 : Aucune dureté de l'infime frottement au cataclysme orchestral. Niveau d'enregistrement assez élevé.
    Présence 8/8 : On se sent au Concertgebouw dès le début. Quelques petits bruits de salle notamment au début du 4ème mouvement. Ne pas hésiter sur les watts.

    Note : 4.90/5

    Date de la note Le sam. 26 dc. 2009 à 11h31
    Domimag
  • 4.940
    Aucun commentaire...

    Date de la note Le lun. 28 dc. 2009 à 06h31
    corsario
  • 4.750
    Très bien, mais je ne suis pas époustouflé non plus.

    Un léger manque de dynamique à mon avis. Les percussions sont un peu loin, mais l'étagement de l'orchestre est magnifiquement rendu.

    Date de la note Le ven. 01 oct. 2010 à 15h44
    autrichongris
  • 4.830
    Avantage à HAITINK pour :
    - l'aération (un poil plus d'air entre les instruments, une légère meilleure différentiation)
    - la spatialisation (une certaine conséquence)
    - plus de bruits de l'auditoire, toux, etc... mais j'ai du mal à quantifier par une note (je n'ai pas ce critère)


    Avantage à FISCHER pour :

    - la place dans l'auditoire (on se sent plus proche de l'orchestre)
    - une légère meilleure "résistance" aux impacts de forte
    - la présence du registre extra-grave ("comme en concert")
    - la voix de la cantatrice (vu q'on est "plus près")

    Alors, c'est un fait que le Haitink est enregistré à un niveau un peu plus bas. Mais ce n'est pas en poussant le son qu'on se rapproche du son du Fischer. Aussi bizarrement que cela paraisse.

    Mais les deux versions sont quasi- "ex-aequo" tout de même. Quand je mets Fischer, j'ai tendance à laisser le CD tourner sur la platine, sans essayer de comparer avec autre chose... c'est un signe...

    Date de la note Le mer. 02 mars 2011 à 23h03
    jbpfrance