• Informations sur le CD
  •  
  • Triple Concerto, Op.56 - Septet , Op. 20
  • ZINMAN, David - BRONFMAN, Yefim - MORK, Truls - Zurich... - [ BEETHOVEN, Ludwig van ]
  • Chez : Arte Nova
  • Type : CD audio
    Année : 2005
    Style : Classique
  • Moyenne : 4.741
    Votants : 3
    Ajouté par : corsario
    le : jeu. 10 dc. 2009 à 01h45
  • Vous souhaitez linker cette page ? Lien a utiliser : http://cd.homecinema-fr.com/page-infocd-339.html

    Enregistré en octobre 2004

    1. Triple Concerto, Op.56 : Allegro
    2. Triple Concerto, Op.56 : Largo - Attacca
    3. Triple Concerto, Op.56 : Rondo. Alla Polacca
    4. Septet , Op. 20 : Adagio - Allegro Con Brio
    5. Septet , Op. 20 : Adagio Cantabile
    6. Septet , Op. 20 : Tempo Di Minuetto
    7. Septet , Op. 20 : Andante Con Variazioni
    8. Septet , Op. 20 : Sherzo : Allegro Molto E Vivace
    9. Septet , Op. 20 : Andante Con Moto Alla Marcia - Presto

    Pour le triple concerto : David Zinman & Gil Shaham & Truls Moork & Yefim Bronfman & Zurich Tonhalle Orchestra
    Pour le septet : David Zinman & Florenz Jenny & Gil Shaham & Jakob Hefti & Michael Reid & Michel Rouilly & Ronald Dangel & Truls Moork & Zurich Tonhalle Orchestra

    Note R9 dans le Classica de juin 2006, et un compte-rendu très élogieux.

    Proposé sur HCFR le 9 décembre 2009
  • Pochette de cet album
    Zoom de l'image Zoom
  • Infos complémentaires sur : http://www.amazon.fr/Triple-Concerto-Septet-Ludwig-Beethoven/dp/B000BD...

  • Liste des notes et commentaires
  • 4.800
    Note de prise de son 4/4 dans le Classica de juin 2006 avec ce commentaire : "Remarquable de présence, de chaleur, de profondeur. Deux disques de démonstration" (deux disques car concerne également le Concerto pour violon)

    Date de la note Le jeu. 10 dc. 2009 à 01h45
    corsario
  • 4.550
    Bizarre, pas trop satisfait de ma propre note, car il y a de la spatialisation, de beaux timbres, donc normalement, cela devrait "le faire", mais je bute sur les solistes qui, à mon avis, sont trop "mis en avant", on les toucherait du doigt. Et l'orchestre est juste derrière. Il manque une "profondeur de champ" entr'eux et l'orchestre.
    C'est un peu la place du chef d'orchestre qu'il nous est réservé, et çà me rebute.
    Et le deuxième point, peut-être encore plus objectif techniquement, c'est le manque d'acceptation des "forte".
    Simon Eadon est aussi de la partie pour l'enregistrement, mais le concerto pour violon op.61 de 2006 lui est assez fortement supérieur bien qu'il n'y ait qu'un an d'écart.
    Bizarre.
    Mais, je le redis, ma note est un peu sévère, mais je sens bien que je ne peux entrer à 4,7 pour un tel CD.

    Date de la note Le mar. 13 avril 2010 à 21h25
    jbpfrance
  • 4.875
    Image: (-0.1) C'est finalement le seul reproche que je ferai à ce disque épatant, en rejoignant jbp, les solistes sont trop près. Le premier plan est collé au plan des enceintes, et du coup le piano, le violoncelle et le violon semblent bien à l'étroit dans un espace si confiné. Du coup on a un sentiment de manque d'espace avec pourtant une scène sonore magnifique, remplie en largeur et en profondeur, de manière dense. Il y a une grande précision dans le placement des artistes, et une grande stabilité. Les plans en profondeur sont bien distincts.
    Définition: (-0.025) On peut discerner les 2 mains du pianiste, même à travers la complexité de l'orchestre. On peut noter, malgré sa proximité, la très grande propreté du premier plan, et une lisibilité de chaque instant. L'orchestre en arrière plan est très bien délimité, mais parfois peut-être un peu confus, notamment sur les timbales.
    Dynamique: Très grande articulation sur tous les niveaux.
    Équilibre: Le grave se manifeste occasionnellement, mais il est présent et descend bas. Il y a beaucoup de nuances dans le médium et le médium aigüe.
    Timbres: Les timbres sont parfaits, traduisant un équilibre souverain entre présence, réalisme, et cohérence spatiale. On peut profiter à la fois de la grande énergie de l'orchestre et de la précision des solistes, tout en admirant la cohésion de l'ensemble. Les fortes sont pleins de poigne, de matière et de propreté.

    Date de la note Le mar. 28 juin 2011 à 10h57
    boris_da